Jouez immédiatement
News Poker

Fêtez Halloween sur les salles de poker en ligne !
Nul besoin de déguisement pour l’occasion, même si rien ne vous empêche d’assouvir cette...
Le 31/10/2013 par Patricia

Connaissez-vous l'Espagnol Adrian Mateos Diaz ?
A tout juste 19 ans, Andrian Mateos Diaz vient de marquer les esprits en remportant le Main Event des WSOPE à...
Le 29/10/2013 par Patricia

L’énorme Winamax Poker Tour
Pas de demi-mesure pour Winamax, la salle de poker en ligne organise le plus grand tournoi de France. Les joueurs...
Le 23/10/2013 par Clémentine

Sunday Special contre Sunday Surprise
Chaque dimanche se pose le même dilemme : Sunday Special ou Sunday Surprise, Pokerstars ou Winamax. Eh oui,...
Le 17/10/2013 par Patricia

Poker : Smartphone et Tablette détrônent le PC
Le poker se met au goût du jour : le temps est à la mobilité. Les salles en ligne les plus...
Le 11/10/2013 par Clémentine

Suivez Nous
    facebook     twitter    youtube
Sites Amis

Le poker français, un secteur mitigé selon l'ARJEL

Le poker français, un secteur mitigé selon l'ARJEL

Le 08/08/2013 - Poker en France

A voir les sommes faramineuses régulièrement garanties par les opérateurs de poker en ligne, on a du mal à soupçonner le déficit financier dont ils font l’objet. Pourtant, le dernier rapport de l’ARJEL, publié le 31 juillet, soumet un verdict plutôt défavorable au secteur : il estime à 36 millions d’euros les pertes d’exploitation en 2012.

Si le déficit n’atteint – heureusement – pas les 183 millions d’euros de 2011, il reste suffisamment élevé pour alerter l’attention des rooms virtuelles. En réalité, cette amélioration de la situation, surtout liée à une réduction conséquente des dépenses marketing, ne repose pas sur une recrudescence de l’activité.

En vue de mieux comprendre ces difficultés financières, il suffit de prendre en compte deux éléments indissociables de la gestion du budget : la différence entre produit brut et produit net - d’une part - et enfin, d’autre part, les frais inhérents au bon fonctionnement d’une salle de poker. En effet, ses gains bruts sont soumis à la TVA et à diverses autres cotisations, tandis qu’une fois qu’ils se sont acquittés de ces sommes, les opérateurs doivent palier à des frais de structure, tout en promouvant tant bien que mal leur activité. D’où la difficulté à maintenir le cap.

En conclusion, le dernier rapport de l’ARJEL reste – largement – mitigé. Tandis que les pertes officielles atteignent des sommes inquiétantes, on se rassure de ne pas renouer avec les chiffres – encore plus mauvais – de 2011. De plus, pour la première fois, certains opérateurs ont enregistré, en 2012, un profit - dont on ne connaît, naturellement, pas le montant. En restant optimistes, nous pouvons espérer pour l’année à venir une semblable diminution du déficit et, pourquoi pas, de nouvelles stars émergeantes parvenant à faire du bénéfice. 


Autres news dans la catégorie Poker en France :

Bruno Lopes : du rappeur au joueur de poker
Il y a quelques années, Bruno Lopes n’était connu que pour son rap endiablé au côté de Joey Starr, au sein du mythique groupe NTM....

Le poker français, un secteur mitigé selon l'ARJEL
A voir les sommes faramineuses régulièrement garanties par les opérateurs de poker en ligne, on a du mal à soupçonner le déficit...